.

LES ANIMATIONS DE SPORTS POUR TOUS INFO ICI

JEUDI 30 JANVIER VŒUX PARTI ACTION INFO ICI

SAMEDI 21 MARS SOUPER DU GYM CLUB WARNETON INFO ICI

SAMEDI 8 ET DIMANCHE 9 FÉVRIER CHAMPIONNAT DE GYM LES GARS DE LA LYS INFO ICI

SAMEDI 29 FÉVRIER REPAS ÉQUIPAGE LAHOUSSE & BOTERMAN INFO ICI

23.12.19

Lettre ouverte de la Fédération des Jeunes Agriculteurs 


Le but de cette lettre est de démonter l’image de pollueur qui colle à la peau des agriculteurs (y compris dans notre commune) et qui n’est absolument pas méritée. Mais ne vous y trompez pas ! Ces lignes ne sont pas la riposte d’un agriculteur. Pas même celles d’un travailleur agricole. Ce sont celles de personnes qui évoluent et travaillent en dehors du monde agricole, mais qui le connaissent et y restent très profondément attachées.
Beaucoup s’interrogent sur les pratiques agricoles actuelles, et on entend certains se demander comment le pays faisait pour se nourrir auparavant. Mais ce que la plupart ont tendance à oublier est qu’en 100 ans, la population belge a quasi doublé. Il n’en est pas de même pour les surfaces de terres cultivables qui ont-elles clairement diminué. Dans un même temps, la part de l’alimentation dans le budget des ménages se situe à seulement 13%, soit 2 fois moins qu’il y a 50 ans. Et donc, alors que notre système agricole a réussi le grand défi de nourrir cette population tout en proposant des produits abordables et en garantissant la sécurité alimentaire, il est plus que jamais critiqué.
Certaines dérives se sont produites me direz-vous ? Oui, le secteur agricole ne fait pas exception à la règle. Mais rares sont les secteurs qui s’adaptent aussi vite pour corriger ces dernières. Par exemple, il est strictement interdit de pulvériser ou d’épandre des engrais à proximité des points d’eau. Les agriculteurs sont forcés de maintenir surfaces d’intérêt écologique chaque année. Une vache traitée aux antibiotiques ne peut être abattue, afin d’éviter tout résidu dans la viande. Dans le même but, des échantillons de lait sont prélevés dans les fermes à chaque passage de la laiterie. Et bien sûr, les hormones font définitivement partie du passé (chez nous du moins), … Aviez-vous connaissance de cela ? La plupart des gens l’ignorent en tout cas. Et pourtant cette liste de mesures (très loin d’être exhaustive) s’allonge chaque année.
Ces derniers temps, on entend aussi beaucoup de critiques quant à l’influence du secteur agricole (et particulièrement l’élevage) sur les émissions de GES (gaz à effet de serre). Si on ne peut nier un certain impact, nous sommes néanmoins forcés de constater que la plupart des études publiées sont assez peu objectives. Par exemple, dernièrement, une association de défense de l’environnement pointait du doigt dans ses calculs la déforestation (et donc la perte d’un puit de carbone) qui serait causé par l’élevage belge … au Brésil. Dans un même temps, elle s’est refusée à considérer la contribution des prairies belges comme puit de carbone (la capacité d’absorption sur une année d’un hectare de prairie en Belgique correspond aux GES émis par une voiture qui parcourrait 118 000 km/an). Drôle de démarche. Pourtant, cette logique est appliquée à la quasi-totalité des enquêtes concernant le secteur.
Au-delà de cela, on peut tout de même admettre que notre système agricole ne paraît plus si néfaste lorsqu’on le compare à ce qui se fait au-delà de nos frontières. Il ne s’agit pas, bien sûr, d’utiliser ces pratiques de l’étranger pour justifier certains excès locaux, mais bien de faire comprendre que les produits issus de ces contrées lointaines, bien moins regardantes des règles sanitaires et environnementales, se font déjà une place dans notre caddie et notre alimentation (CETA, accords du Mercosur, …). Toutes les mesures énumérées plus haut ne sont bien sûr pas d’application là-bas !
Le consommateur est au pied du mur. Car c’est lui, par ses attitudes de consommation, qui dicte l’offre et les pratiques agricoles. Au-delà du consommer moins mais mieux, ne faudrait-il pas soutenir des exploitations à taille humaine, même imparfaites, plutôt que de les étrangler en exigeant toujours plus vert, toujours plus bio, tout de suite ! Ces dernières, plus fragiles, sont les plus impactées par ces mesures très couteuses. Elles sont donc les premières à craquer … et à céder la placer à de plus grosses structures … ici ou ailleurs. L’agriculture aussi peut être délocalisée …
La vague verte est en marche … mais il faut lui laisser le temps, sinon elle échouera !

Pour la FJA de Comines-Warneton

Anthony Debailleul


Anthony Debailleul

Aucun commentaire: